De Ubuntu à Arch Linux

13 septembre 2019 · 4 min de lecture

Ubuntu s’est imposé comme l’une des distributions Linux de référence et je l’utilise depuis plusieurs années. Arch Linux est très minimaliste et légère, à telle point qu’elle ne possède ni interface graphique ni installateur par défaut ! Je me devais donc d’essayer…

Et passer d’Ubuntu, avec ces versions semestrielles à une distribution continue en rolling release était tentant.

Voici mon impression sur ces deux distributions et quelques conseils pour bien débuter sur Arch.

Ubuntu

Le site officiel est https://ubuntu.com. Vous aurez remarqué l’extension .com, créée à l’origine pour les entreprises commerciales. La société a été fondée par l’entrepreneur sud-africain Mark Shuttleworth. Ubuntu est basé sur la distribution Debian et ses fameux paquets logiciels avec l’extension .deb.

Au cours de l’installation, vous assistez à la promotion de produits commerciaux (Spotify, Slack, Skype, Telegram…) :

spotify

Au premier démarrage de l’ordinateur, il vous est demandé de bien vouloir transmettre à Ubuntu vos données personnelles :

ubuntu données personnelles

Le système est livré avec de nombreuses applications que vous n’utiliserez jamais. Et supprimer l’icône Amazon de la barre de lanceurs a toujours été systématique me concernant.

Pour avoir la dernière version d’un logiciel, il faut parfois le compiler depuis les sources car les dépôts ne sont pas à jour.

Arch Linux

Cette distribution a été créée par Judd Vinet (Canada) qui met l’accent sur la simplicité selon le principe KISS (pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?). Le site officiel est https://www.archlinux.org. Comme vous le savez, le domaine .ORG est dédié aux organisations non commerciales et aux associations.

Arch Linux est indépendant. Il n’est basé sur aucune distribution.

arch linux

Crédits : Arbre des distributions GNU/Linux (WikiPedia)

Son développement est continu (rolling release), contrairement à un système par version. Le programme d’installation n’est qu’un instantané à un moment donné.

Les paquets officiels sont maintenus par des utilisateurs de confiance. Si vous ne trouvez pas votre bonheur, les paquets AUR (Arch User Repository) sont gérés par la communauté et construits à partir des sources.

Installation et configuration

Pour l’installation, je recommande fortement la lecture du Wiki. Ayez-le à porté de main tout au long du processus.

Je vous livre ici quelques commandes qui m’ont été utiles pour installer un environnement graphique en français.

Tout d’abord, pour créer une clé USB d’installation, par exemple avec le fichier archlinux.iso téléchargé sur le site officiel, la commande est :

sudo dd if=archlinux.iso of=/dev/sdg bs=1M status=progress oflag=sync

(/dev/sdg est votre clé USB. Tapez fdisk -l pour lister les périphériques et l’identifier).

Après l’installation, au premier démarrage, vous vous retrouverez en mode console. A vous d’installer l’environnement graphique de votre choix (je conseille Gnome) et un gestionnaire de session (par exemple GDM).

Le gestionnaire des paquets logiciels est l’utilitaire pacman pour “package manager”, ce qui n’a rien à voir avec la petite bestiole jaune. Pour installer gnome et gdm, tapez :

pacman -Syu gnome
pacman -S gdm

(-S est pour Sync, ou synchroniser).

Et n’oubliez pas cette commande pour démarrer en mode graphique :

systemctl enable gdm.service

Mettre à jour le système et les logiciels peut s’effectuer à tout moment en tapant :

sudo pacman -Syu

Pour avoir le clavier en français lors de l’ouverture de session, créez le fichier /etc/X11/xorg.conf.d/00-keyboard.conf :

Section "InputClass"
    Identifier "keyboard Layout"
    MatchIsKeyboard "on"
    Option "XkbLayout" "fr"
    Option "XkbModel" "pc105"
EndSection

Pour avoir le clavier en français dans Gnome, allez dans les préférences de l’interface graphique.

Pour installer un logiciel, si vous ne le trouvez pas dans les paquets de base, vous le trouverez certainement dans les paquets AUR. Je recommande yay en substitution de pacman pour gérer ces paquets. Pour cela, installez au préalable les outils de base pour la compilation de logiciels :

pacman -S base-devel

Puis installez yay de la façon suivante :

git clone https://aur.archlinux.org/yay.git
cd yay
makepkg -si

Notez que tout paquet AUR peut être installé de cette façon. Mais désormais, les paquets officiel et AUR peuvent s’installer comme suit :

yay -S lepaquet

Pour rechercher un logiciel en ligne de commande :

yay -Ss lepaquet

Et pour mettre à jour le système et les paquets officiels et AUR, tapez :

yay -Syu

Si vous avez besoin d’exécuter un script à chaque démarrage de votre session graphique, ajoutez-le dans votre fichier ~/.profile :

/home/monpseudo/monscript.py

Conclusion

Passer sous Arch nécessite un investissement personnel lors de l’installation mais c’est le prix à payer pour bénéficier d’un système libre dans tous les sens du terme. Je le trouve plus rapide qu’Ubuntu, sans doute parce qu’il y a moins de logiciels inutiles installés de base.

Arch Linux est ce que vous en faites.

Petit message à Ubuntu :

bye bye
#linux   #ubuntu   #arch  

PARTAGER VIA

 Twitter    Facebook    LinkedIn    Reddit    Email

A LIRE EGALEMENT